> CREATIONS

2007 Le destin de Yahinta

Chaque soir Yahinta rentre le dos voûté par l’effort, chargée du ramassage des ordures elle se sent seule, délaissée et envahie par la désolation.

L’homme aurait-il oublié le sens de la vie ? n’a-t-il pas compris que sa survie en dépend ?

Yahinta personnage principal de la pièce a pour mission de nettoyer les rues de la ville.

Elle fait le constat amer que l’homme ne respecte pas son environnement et jette ses détritus n’importe où n’importe quand et n’importe comment.

Son amie - sœur exerce avec elle le même métier et l’a soutien dans toutes ses actions.

Comme un regard sur une journée des plus banales qu’il soit, je vous propose de vivre en une heure des faits et gestes que nous voyons tous les jours sans même en prendre conscience. Sans porter de jugement sans être moralisateur, nous tentons d’amener le public à une prise de conscience sur nos valeurs, notre environnement et nos relations les uns avec les autres. La société dans son entier est représentée.

Chorégraphie : Yves Milôme

Danseurs : Frédéric Rosier Coco, Géraldine Pascaline, Marie-noëlle Village,

Olivier Coco, Virginie Victor.

Percussions : François Ladrezeau

Bande son : Zeady Kay

Chant, rap : François Ladrezeau, Résist

Décors : Richard Viallate

Costumes : Justine Beaubois

 

2009 Violences et cris du cœur

J’ai passé toute mon enfance dans la banlieue d’une grande ville ou la violence prend les traits d’une maîtresse omniprésente. Ayant été moi-même sous son emprise, j’ai pu après un travail loin d’être évident et pas encore terminé comprendre et reprendre à mon compte la citation d’Isaac Asimov « La violence est le dernier refuge de l’incompétence. »

Les cris du cœur sont souvent plus difficiles à écouter que la violence car ils demandent une remise en question, une prise de conscience de ses qualités de ses défauts

Une réponse « Le Hip-Hop »

C’est en toute humilité que j’ai eu envie de créer ce spectacle qui justement est un cri du cœur, une commande de mon « moi » invisible, imposant une conduite, un style de vie, une façon de penser.

Nous traitons donc de la violence faite aux femmes, aux enfants, à ceux que l’on exclus.

Nous parlons de la violence qui ne fait pas de bruit, de la violence palpable mais invisible, celle qui se cache derrière les visages de l’hypocrisie.

Dans ce spectacle, la Compagnie Real Squad introduit les instruments primordiaux des Antilles qui donnent une qualité et une originalité à notre Hip-Hop.

En tant que rappeur, je suis le m’c du spectacle avec des textes en Créole et Français

La création est une succession de tableaux mettant en lumière les situations que nous rencontrons tous dans la vie la violence, l’amour, etc.

Direction Artistique et Chorégraphie : Yves Milôme (Résist)

Danseurs : Elodie Montout, Frederick Rosier-Coco, Geraldine Pascaline, Laury, Manon

Olivier Coco, Rosan Logis, Yves Milôme

Percussionniste : Didier Juste

Rappeur : Résist

Concepteur bande son : Olivier Marsin

Création Lumière : William Leclercq

Costumes : Justine Beaubois

 

2011 Eklozion

Avant que notre sphère soit terre, elle était recouverte par les eaux. Aujourd’hui encore, elles sont très présentes, les 3/4 de notre planète en sont composées.

Il m’est impossible de parler d’Eklozion sans mentionner l’importance de L’eau, eau purificatrice, eau nourricière, eau source de vie. Eklozion est un univers de rivières, d’océans, de marécages. La magie des fonds marins où le temps semble s’arrêter et pourtant animée d’une vie tantôt surprenante, tantôt effrayante, comme une impression d’être l’infiniment petit à la merci de l’infinie puissance des eaux.

Comme des sirènes, les divinités s’emparent d’un monde dont on ne connaît finalement que peu de choses. Leurs présences pleine de sens, leurs caractères changeants rythment nos existences lors de ce voyage, car elles ont droit de vie ou de mort sur leurs sujets, qu’elles peuvent perdre à jamais.

Éclosions de mélanges organiques, de sentiments d’êtres révélés, de caractères, de situations, de nouveaux cycles.

L’humain donne vie après avoir « perdu ses eaux ».

Cette création propose une vision globale du processus créatif. L’évolution n’est pas une simple éclosion sans peine et sans lutte, comme celle de la vie organique, mais le travail dur et forcé sur soi-même.

Direction Artistique : Yves Milome Cie Real Squad

Chorégraphie : José Bertogal - Yves Milome Cie Real Squad

Création sonore : José Bertogal

Danseurs / Interprètes : Frederick Rosier-Coco, Rosan Logis, Olivier Coco, Alexandra Rea, Manon Monar, Audrey Camprasse, Yves Milome Et Dirk Datil

Percussionnistes : Didier Juste, Klod Kiavue

Costumes : Virginie Victor, Karine Bastide

Régie lumière : Roger Olivier

Vidéo : Viola Groenhart